GHD & Teens

Laissez la vie se produire

Laissez la vie se produire

GHD & Teens
GHD & Teens

Laissez la vie se produire

L’insuffisance en hormone de croissance chez l’adolescent

Par le Dr Bernard Corenblum

Endocrinologue pour adultes, Calgary, Alberta.

Cet article traite des insuffisances en hormone de croissance diagnostiquées. Les autres conditions traitées avec l’hormone de croissance ne sont pas abordées dans cette discussion.

L’adolescence est un moment difficile pour la majorité des gens. Si l’on ajoute l’insuffisance en hormone de croissance à tout cela, les choses peuvent devenir encore plus éprouvantes. Bien que certaines personnes croient que l’atteinte de l’âge de 18 ans marque la fin des injections à l’hormone de croissance, c’est le médecin qui fera les recommandations nécessaires.

Même si l’hormone de croissance (GH) joue un rôle essentiel dans la croissance et le développement des enfants, elle ne cesse pas d’agir lorsque l’horloge biologique atteint l’âge de 18 ans. Avec un taux normal de GH, les os d’une personne continuent de prendre de la force et de la densité jusqu’au milieu ou à la fin de la vingtaine (à ce point, le développement des os commence à ralentir).

Parlez à votre pédiatre d’un plan à long terme

Au début de l’adolescence, entre l’âge de 13 et 15 ans, le moment est bien choisi pour parler avec son endocrinologue pédiatrique de la poursuite du traitement à l’hormone de croissance jusque dans l’âge adulte. Il est bon aussi de demander d’être acheminé vers un endocrinologue pour adultes afin de planifier les soins de santé à venir.

Nouveaux examens

Les insuffisances en hormone de croissance sont aussi uniques que les personnes qu’elles touchent. Les enfants atteints d’une insuffisance en hormone de croissance n’auront pas tous la condition à l’âge adulte, de sorte que les besoins de traitement à ce moment diffèrent pour chacun. C’est pourquoi il est essentiel de se soumettre à de nouveaux examens vers l’âge de 18 ans; un test d’hypoglycémie provoquée ou un test au glucagon permettra de déterminer si le traitement à la GH doit continuer.

Comprendre les enjeux d’une « nouvelle vie »

Bien que le maintien d’un régime de traitement à la GH soit simple en théorie, d’autres problèmes peuvent survenir au cours de la « période de transition ». Une nouvelle vie, le départ de la maison, le manque de suivi de l’état de santé et une apathie générale envers l’état de santé peuvent inciter l’adolescent à interrompre son traitement à l’hormone de croissance. Voilà pourquoi un bon enseignement, le soutien de la famille et les conseils d’un professionnel sont essentiels. 

Mode de vie sain

Que votre enfant continue ou non le traitement à l’hormone de croissance, il importe de maximiser la santé des os. Une diète riche en calcium et en vitamine D et le maintien d’une bonne condition physique et d’activités saines sont essentiels pour assurer la bonne santé des os.

Incidence émotionnelle et psychologique

Le déficit en hormone de croissance peut entraîner des conséquences sociales ou émotionnelles particulièrement lourdes pour les adolescents qui sont déjà aux prises avec tous les changements associés à cette période. Par exemple, les restrictions quant à la taille dans les parcs d’attractions peuvent pousser les adolescents à se sentir exclus puisqu’ils ne sont pas admis dans les mêmes manèges que les autres jeunes de leur âge. Les adolescents atteints d’une insuffisance en hormone de croissance peuvent trouver difficile de participer à certains sports ou de conduire une voiture. Il importe de discuter avec l’équipe de soins de santé qui verra à ce que votre adolescent soit conseillé et soutenu et reçoive l’aide professionnelle appropriée. 

Surveillance à vie

Si votre médecin décide de mettre fin au traitement, votre enfant continuera de faire l’objet d’un suivi étroit. Des examens comme l’absorptiométrie à rayons X en double énergie (une technologie utilisée pour mesurer la densité des os et la constitution du corps), les mesures du tour de taille et même les sondages sur la qualité de vie peuvent être utiles et doivent être faits régulièrement afin de déterminer si le traitement à la GH doit être repris.

Mot de la fin

Le passage de l’enfance à l’âge adulte est un défi en soi – sans oublier la confusion qu’il engendre – pour les adolescents qui sont déjà dépassés par les autres changements survenant dans leur vie. Pour cette raison, l’enseignement relatif à la GH, la planification du traitement, la répétition des examens et le maintien d’un mode de vie sain sont essentiels pour faciliter ce passage. En communiquant régulièrement avec les professionnels de la santé et en faisant des plans à long terme pour le maintien du traitement à l’hormone de croissance, les adolescents feront en sorte que le passage de l’enfance à l’âge adulte soit plus facile.